Les bienfaits de la sophrologie sur le corps et l’esprit


Santé, Spiritualité / vendredi, mars 30th, 2018

Le mot sophrologie vient du grec Sos qui signifie tranquille, serein. Phren signifie cerveau, conscience et Logos désigne étude, science. La Sophrologie est donc l’étude des techniques permettant d’obtenir la sérénité de l’esprit.

Cette dernière est à la fois une technique de soin, de relaxation et de développement personnel. Elle allie le corps et l’esprit. La sophrologie a été fondée par le Docteur Caycedo Alfonso, psychiatre colombien. Le docteur Caycedo s’intéressait particulièrement aux états et niveaux de conscience : veille, vigilance, concentration, attention, coma…etc., ainsi qu’à l’hypnose médicale.
Après avoir sérieusement étudié la phénoménologie (étude des phénomènes dont la structure se base sur l’analyse directe de l’expérience vécue par un sujet) et séjourné pendant 2 ans en Orient pour s’initier à certaines techniques d’accès à des états de conscience non ordinaire, il crée officiellement la sophrologie en 1960. Il a ainsi réuni dans cette pratique diverses méthodes de relaxation et de reconnexion du corps et de l’esprit qu’il a pu découvrir lors de ses voyages, comme la PNL, l’hypnose, la méditation, le yoga et bien d’autres. Très largement inspiré de ces diverses techniques, ses outils comprennent surtout des exercices mentaux et respiratoires, de la visualisation et certains exercices corporels.

La sophrologie consiste donc à plonger la personne dans un état à la limite entre la veille et le sommeil. Cette relaxation profonde permet d’avoir accès à son inconscient et d’agir sur le corps par la pensée, la visualisation et la perception (sensations éveillées par les sens). C’est une forme de méditation guidée permettant d’atteindre une certaine harmonie, voire une paix intérieure. Elle permet aussi de prendre conscience du lien entre le corps et l’esprit pour parvenir à favoriser l’autoguérison, réduire la douleur, gérer ses émotions et troubles psychologiques. Le processus sophrologique se base sur des prises de conscience successives pour aider l’individu à évoluer dans sa vie, son quotidien, sa relation avec les autres, sa connaissance de lui-même et la perception de son environnement.

la sophrologieLES PRINCIPES
La sophrologie regroupe un grand nombre d’exercices mettant le corps en mouvement, ce qu’on appelle relaxation dynamique, ainsi que des sophronisations, c’est-à-dire des méditations guidées, qui sont définies dans des buts bien précis. Un sophrologue bien formé est à même de sélectionner les exercices correspondant aux besoins de son patient et créer un protocole adapté à chacun. La sophrologie renforce toutes les structures d’une personne, aussi bien physiques que psychologiques.

La sophrologie compte 4 axes principaux :
Intégration du schéma corporel : c’est-à-dire  l’image de notre corps dans le temps et l’espace associé aux émotions et au psychisme. Détendre le corps détend l’esprit. Détendre l’esprit détend le corps, d’où l’importance de travailler sur les deux en même temps.
La pensée positive : apprendre à penser de manière positive offre un nouvel angle de perception de la réalité, une vision de son environnement dans laquelle les solutions sont plus nombreuses que les problèmes, où le bien-être se trouve dans les petits détails du quotidien plutôt que dans les grands événements.
Le principe d’adaptabilité : étroitement liée à la pensée positive, l’adaptabilité permet d’ajuster son comportement en fonction des situations et des autres afin de réagir le plus sereinement possible.
La réalité objective : elle permet de percevoir l’environnement, les gens et soi-même tels qu’ils sont et de les accepter sans jugement et avec bienveillance. Ce principe s’applique d’ailleurs au patient comme au praticien.

On peut ainsi dire que la sophrologie relève d’un univers très spirituel considérant l’être humain comme un tout, une entité. Elle fait prendre conscience que le bonheur est en soi et nulle part ailleurs. L’objectif ultime de cette pratique est d’atteindre l’état supérieur de la conscience « sophronique », ce qui correspond au satori dans le zen ou au samadhi dans le yoga. Dans ce sens, la sophrologie permet donc de mettre fin aux peurs, angoisses, stress et à l’anxiété, elle est aussi bénéfique face aux blocages de l’enfant.

En plus de ses nombreuses vertus anti-stress, la respiration contrôlée utilisée en sophrologie aurait un impact positif sur le cerveau. Les chercheurs de la NorthShore University Hospital de Long Island se sont penchés sur les bienfaits de la respiration profonde sur le cerveau.  L’étude publiée dans le Journal of Neurophysiology en septembre 2017 soulève à quel point une bonne maîtrise de la respiration pourrait permettre à chacun de retrouver rapidement un état de bien-être, de maîtriser ses émotions et d’améliorer ses capacités cognitives. Les vertus de la sophrologie sont vantées depuis sa création en 1960. C’est seulement depuis quelques années que les chercheurs sont en mesure de valider scientifiquement ses bienfaits sur le corps et l’esprit.

Neurosciences : la sophrologie bonne pour la santé mentale ?

La sophrologie développe donc la conscience de façon à harmoniser le corps et l’esprit, en chassant les peurs et les angoisses. Que l’on cherche à dénouer certaines problématiques de la sphère privée ou professionnelle, ou tout simplement à accéder à un mieux-être global, la sophrologie offre de nombreux champs d’application dans la vie quotidienne. Plusieurs exercices sont axés sur l’attention aux sensations physiques, car la représentation corporelle jouerait un rôle très important sur la conscience. En ce sens, la sophrologie pourrait faire partie des thérapies que l’on dit psychocorporelles.

Bien qu’il ne faille pas se positionner contre la médecine allopathique dans le traitement du stress ou de la dépression lourde avec des traitements médicamenteux qui s’avèrent dans certains cas impératifs, il est important de connaître l’approche holistique de la personne qu’offre la sophrologie. Il est également nécessaire d’insister sur le rôle préventif de l’entraînement sophrologique afin de responsabiliser l’individu plutôt que de le laisser s’abandonner aux effets d’une chimie. C’est lui laisser la possibilité de rester l’auteur de sa vie, et cela sollicite et stimule probablement bien davantage ses capacités d’auto-guérison, d’autonomie et de confiance en soi, qui sont indispensables dans la reconstruction de la personne.

Prenez soin de vous!

A très vite.

Olivia

 

Facebooktwitterpinterestmail

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *