Le cerveau reptilien: la base des émotions humaines


Santé / dimanche, avril 15th, 2018

Notre cerveau serait divisé en trois couches: le cerveau limbique, centre des émotions; le néocortex, siège de la pensée; et le reptilien, appelé le cerveau primaire ou primitif ou encore cerveau archaïque. C’est cette partie de notre encéphale que nous aurions héritée de nos lointains ancêtres les reptiles, et qui serait dédiée à l’instinct…

Contrairement aux autres cerveaux, le cerveau reptilien est insensible à l’expérience. Cela est dû au fait qu’il n’est doté que d’une mémoire à court terme qui ne lui permet pas de s’adapter, d’évoluer ou encore de se perfectionner. Ainsi, le cerveau reptilien réagit de façon systématique et automatisée. Le cerveau limbique, siège de nos sentiments et de nos croyances, lui, est capable d’adaptations lentes. Quant au néocortex, il peut évoluer et se développer de façon étonnante.

Le cerveau reptilien

Les êtres humains avaient à l’origine essentiellement un premier cerveau reptilien dont l’homme conserve encore bien des instincts de base, dont l’instinct de conservation. Il correspond chez l’être humain aux systèmes nerveux du tronc cérébral. Certains animaux (vertébrés, reptiles…) sont régis uniquement par ce cerveau. Il est la source des comportements primitifs qui répondent à des besoins fondamentaux. Il assure entre autre la sauvegarde de l’individu et de l’espèce. Si par exemple un projectile se dirige vers votre tête, vous vous protègerez le visage ou essaierez de l’éviter. Ce sont des réactions instinctives et nous les faisons sans réfléchir. Elles sont ancrées dans notre patrimoine génétique et sont le résultat d’un processus d’évolution qui a duré des millions d’années.

Le cerveau reptilien agit toujours selon des schémas rigides et stéréotypés: une même stimulation produira toujours le même effet. Par exemple, conservée depuis des générations, la fuite inscrite héréditairement dans chaque individu, est un mécanisme nécessaire. Bien qu’il soit primitif, il est indispensable à la survie. Mais chez l’humain il n’assure pas seulement cette fonction. En effet, une structure appartenant au cerveau reptilien, le noyau amygdalien, gère certaines réactions qui sont indispensables à la vie en société:
– la gestion de l’agressivité,
– la notion de territoire,
-les comportements et les gestes automatiques : rituels, cérémonies, etc.
Il est à noter que nos rêves prennent leur source dans le cerveau reptilien même s’ils sont par la suite en grande partie retraités par les deux autres cerveaux.

Le cerveau reptilien assure:
-la régulation des fonctions vitales: la respiration, la fréquence cardiaque, l’équilibre, la régulation de la température corporelle, etc.
-les besoins naturels: alimentation, reproduction…
-les comportements primitifs: instinct de survie en déclenchant certaines réactions comme l’agressivité ou la fuite.

Le cerveau reptilien correspond ainsi à notre univers non-verbal de gestes et de comportements automatiques. Il est le lieu de la routine, des rituels, cérémonies….le « langage reptilien » est essentiel dans les relations humaines. Ce cerveau est obsédé par sa propre survivance et non par celle de l’individu, par le contenu et non le contenant et que ce qui loge dans nos têtes est 100% emprunté à la société.

Les troubles liés au cerveau reptilien
En cas de troubles on pourra observer :
-des attitudes compulsives (superstition et TOC),
-le besoin de se référer à une autorité supérieure,
-le besoin obsessionnel de cérémonials encadrés (religieux, culturels, traditionnels, etc.).

Dans la mesure où ils sont incapables d’agir par eux-mêmes, les personnes qui sont sous la dépendance de leur cerveau reptilien sont facilement manipulables. Leur besoin d’un référent externe et d’une autorité supérieure qui ne les oblige à aucune initiative personnelle leur convient parfaitement.

Le langage reptilien est l’imagerie mentale (il est directement connecté au nerf optique) et c’est à lui que s’adresse en grande partie la télévision qui anesthésie (« déconnecte ») le néocortex. En effet, les publicités télévisuelles s’adressent principalement au cerveau reptilien en proposant des images liées aux besoins comme la nutrition ou la sexualité et qui sont alors vécus sur le mode compulsif. Le problème est qu’il est très difficile de s’en dégager puisque le cerveau reptilien n’évolue pas avec l’expérience. Les professionnels de la publicité s’intéressent de près aux neurosciences et ils ont découverts que les décisions d’achat sont souvent dirigées par le cerveau reptilien.

http://www.liberation.fr/futurs/2012/05/13/le-marketings-invite-dans-nos-cerveaux_818418

La société de consommation a créé des besoins artificiels qu’elle programme dès notre petite enfance dans notre cerveau reptilien et cela peut devenir générateur de violence et de frustration. On cherche à posséder des biens matériels, des titres, des diplômes ainsi que des individus pour être fidèle aux conditionnements de son cerveau. En cela on peut dire que le cerveau reptilien n’est pas le siège de notre personnalité profonde puisqu’il agit uniquement de façon automatisé!

A très vite!

Olivia

 

 

Facebooktwitterpinterestmail

Une réponse à « Le cerveau reptilien: la base des émotions humaines »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *